988 mots

Semaine 1 : arrivée à Valladolid

Par Louis Guidez, dans erasmus valladolid2018

¡Hola a todos!

Après deux journées passées à Vallalolid (en Espagne, à 1h de TGV au nord-ouest de Madrid), loin de chez moi et de mon train-train quotidien, je ressens l'envie (peut-être le besoin) de commencer un petit carnet de bord. Probablement pour mettre des mots sur ce que je vis, en garder une trace ; et sans doute y revenir dans plusieurs jours, semaines, mois et apprécier mon évolution dans cet univers inconnu.

De l'idée au concret

Petite rétrospective sur ce départ à l'étranger. Déjà au lycée, la perspective d'un semestre Erasmus m'attrayait (même si cela restait très très abstrait). Les opportunités de départ offertes par l'UTC (dès la deuxième année) ont d'ailleurs joué dans mon choix d'orientation post-bac. Eh bien ça n'a pas raté : en juillet dernier, à la fin de ma première année, je candidate auprès de la direction des relations internationales pour un séjour à l'étranger. Souhaitant avoir des expériences en milieu anglophone et hispanophone au cours de mon cursus, l'Espagne s'impose ici pour des raisons pratiques : dans les pays anglophones qui m'intéressent (Suède et Finlande), les semestres d'études débutent très tôt en hiver coïncident avec mes examens finaux ; impossible, donc, d'y aller au printemps.

Débutent alors les démarches administratives, et là, il faut du courage, de la rigueur et de l'autonomie ! Si l'UTC nous a fourni un guide pour remplir la documentation Erasmus, cela reste assez lourd et parfois incompréhensible. En outre, c'est à nous de chercher la liste des cours disponibles chez l'université partenaire, de vérifier la compatibilité des emplois du temps et de trouver des "équivalences" avec les cours enseignés à l'UTC. Premières deadlines fin septembre/mi octobre : c'est finalement une étape qui passe vite dans le rétroviseur. Ensuite, il faut s'occuper de son logement. Chose apparemment assez exceptionnelle, l'université de Valladolid me propose une chambre en résidence universitaire. Mais aucune installation pour cuisiner ou maintenir des plats au frais (même partagées) : je passe donc mon chemin. Je rejoins un groupe Facebook d'annonces logement, et trouve assez rapidement une colocation avec deux étudiants espagnols. Quelques messages échangés, une photo de ma carte d'identité comme seule caution (j'imagine que cela ne cautionne pas grand chose, mais bon...) et l'affaire est réglée !

Reste alors à planifier le voyage. Fidèle à moi-même, ce n'est qu'après mes examens finaux, à la mi-janvier, que je commence à m'en préoccuper. Après une brève comparaison, je décide que l'avion sera plus économique que la voiture ou le train et achète mon billet. Le semestre commençant le 6 février, j'arriverai donc à Valladolid deux jours avant (soit le 4), histoire de profiter d'une journée tranquille pour me poser, faire des courses, visiter la ville, ... (spoiler alert : il n'en sera rien !) Ensuite, la valise ! Alors là, malgré les suggestions que j'ai lues sur Internet, je suis parti chargé : valise gonflée à bloc (22,9/23kg lors de l'enregistrement à l'aéroport, ouf !), sac à dos gonflé à bloc (9/10kg)... Les draps et la couverture n'y sont pas pour rien ; mais ça évite d'en acheter sur place.

Première soirée

Après deux heures d'avion, une heure de train et au moins autant d'attente, j'arrive à la gare de Valladolid en début de soirée. L'un de mes deux colocataires vient me chercher et m'accompagne à l'appartement. Très fatigué, je défais ma valise et prépare mon lit puis je demande à Rodrigo si je peux manger un bout avant d'aller dormir (je n'avais rien préparé). Finalement, le repas me redonnera un peu d'énergie et je passerai le reste de la soirée à préparer mon emploi du temps. En effet, il s'est avéré que finalement, les cours commençaient dès le lendemain (et non le surlendemain comme prévu).

Je dois avouer qu'au premier abord, l'appartement m'a un peu déçu : sûrement parce que j'étais habitué à vivre avec une certaine qualité de vie, et que l'immeuble dans lequel je vais passer 5 mois est assez ancien... (avec les désagréments et "rafistolages" que cela implique) Après une semaine, il semble toutefois que ce soient des petits détails, qui n'affecteront pas négativement mon séjour ici.

Une semaine à Valladolid

Le lundi donc, à 9h, j'ai rendez-vous à l'Escuela Técnica Superior de Ingeniería Informática pour un cours de réseaux. Une demi-heure de marche plus tard, j'y retrouve Lisa, une camarade de l'UTC également en échange à Valladolid. On passera une partie de la journée ensemble, pour les cours et une visite au service des relations internationales.

L'objectif de cette première semaine à l'université est de se familiariser avec l'université et de tester les cours que nous avons choisis. Dans l'ensemble, les professeurs sont bienveillants et disponibles. J'ai changé 3 fois d'emploi du temps au cours de la semaine : d'une part car certaines matières ne correspondaient pas à mon niveau, d'autre part car je suis indécis... Je validerai mon emploi du temps définitif en milieu de semaine prochaine.

Du côté socialisation, j'imagine que les premières semaines sont importantes. Le lundi soir, c'est donc initiation aux danses latines dans un bar avec l'association ESN Valladolid (Erasmus Student Network (ESN) est un réseau d'associations étudiantes qui dispose d'antennes dans de nombreuses universités ; principalement, elles accueillent les étudiants étrangers et organisent des actions autour des échanges Erasmus). Très mauvais danseur, c'est quand même une soirée agréable qui me permettra de rencontrer d'autres étudiantes internationales (oui, très peu de garçons). J'en recroiserai quelques-unes lors d'autres soirées (organisées de façon plus informelles), ou à la journée d'orientation à laquelle tous les étudiants internationaux ont été conviés par l'université de Valladolid.

La suite ?

Dans l'ensemble, une bonne semaine tout de même. J'ai eu quelques coups de blues, mais assez rapidement dissipés et de moins en moins nombreux au fur et à mesure que je prends mes marques.

Les deux défis principaux, pour la semaine à venir : valider définitivement mes cours et continuer à sortir pour rencontrer du monde.

Commenter