1338 mots

PCB : l'entretien chez Air France

Par Louis Guidez

Source de l'illustration : air-cosmos.com

Depuis que je suis à l'UTC, je vois passer chaque année sur le groupe Facebook des étudiants un lien vers une annonce : il s'agit de travailler comme personnel complémentaire de bord (PCB) chez Air France l'été. J'ai décidé d'y candidater cette année, que l'aventure commence !

Étape 1 : candidater

Cette année, l'annonce a été mise en ligne pendant 3 ou 4 jours au début du mois de septembre. J'ai renseigné mes informations personnelles sur le site recrutement d'Air France, et j'y ai téléchargé mon CV et ma lettre de motivation. Il faut ensuite attendre quelques semaines, pour qu'ils vous recontactent (que la réponse soit positive ou non d'ailleurs, c'est très appréciable !)

Étape 2 : les entretiens

Début novembre, je reçois un email d'Air France. Je suis convoqué le 4 décembre à 7h45 à Villepinte (au nord de Paris) pour une session de recrutement. Il faut vraiment préparer tous les documents demandés, sans quoi ils ne vous accepteront pas en sélection. Par exemple, lors de ma session, un candidat s'est fait recaler car il n'avait pas le document original de son baccalauréat (seulement une photocopie).

À noter qu'il faut avoir une carte d'identité et un passeport valides. J'ai eu une petite frayeur car mon passeport a expiré cet été, et il n'aurait jamais été renouvelé à temps. Ni une ni deux, je téléphone au numéro en bas de mon mail de convocation. Ouf, une pièce d'identité en cours de validité ainsi qu'un récépissé de dépôt de demande, signé par la mairie ou la préfecture, feront l'affaire !

Je me prépare donc, en cherchant des témoignages sur Internet, pour savoir à quelle sauce je serai mangé. Arrive le jour J.

Mardi 4 décembre, 7h45, Villepinte

Nous sommes accueillis dans le bâtiment des recrutements d'Air France. Après enregistrement à l'accueil, nous sommes conviés à aller dans une salle d'attente. Premier arrivé dans la salle, j'ai eu l'occasion de discuter un peu avec les premiers candidats. Ça décontracte un peu (on est tous dans le même bateau), et puis ça fait aussi passer le temps !

Un peu avant 8h, on nous sépare en deux groupes. On nous présente quelques chiffres sur Air France, puis on nous détaille le processus de recrutement et le déroulement de la journée.

Au programme :

  • Test d'anglais (éliminatoire), pour ceux n'ayant pas de certification Le test d'anglais n'est apparemment plus d'actualité, il faut désormais un certificat de type TOEIC.
  • Mise en situation (en groupe, éliminatoire)
  • Entretien individuel

N'ayant pas de certification, je passe le test d'anglais. C'est individuel, sur ordinateur avec un casque. Il faut valider un niveau B1 ; ça devrait aller. On nous explique pas à pas comment fonctionne le site (il s'agit du Cambridge Assesment), puis on passe le test. Il dure une trentaine-quarantaine de minutes, puis le résultat s'affiche : j'ai "C1 or above", tout va bien ! Sur 12 candidats, 1 seule n'a malheureusement pas réussi. 3 autres candidats sont appelés pour passer dans la première session de mises en situation. Je n'en fais pas partie ; tant pis, je passerai plus tard, il y a plusieurs créneaux dans la journée… Du moins, c'est ce que je pensais !

Je crois qu'ils ont mal géré leur planning et convoqué trop de candidats aujourd'hui ; ou alors, ils s'attendaient vraiment à ce que trois quarts des candidats échouent au test d'anglais. Ils nous proposent de revenir un autre jour ; c'est embêtant, car je vais encore devoir sécher des cours, et refaire le trajet, mais ils sont conciliants et nous expliquent qu'ils sont vraiment désolés. Et puis je pense à ceux qui viennent de loin (deux candidats venaient de Suisse et de Nice).

J'y retournerai donc dans deux semaines, pour passer la mise en situation et, je l'espère, l'entretien individuel !

Mardi 18 décembre, 8h30, Villepinte

Me revoilà donc à Villepinte, dans le bâtiment qui sert à Air France pour ses sessions de recrutement. Même accueil qu'il y a deux semaines, mais cette fois, je passe directement la mise en situation à 8h45.

Mise en situation

Le jury appelle plusieurs groupes de candidats. Dans le mien, nous sommes cinq. Ils nous emmènent dans une salle, puis nous expliquent le déroulé de cette épreuve. Nous avons un sujet, cinq minutes de préparation individuelle puis 20 minutes de discussion en groupe pour le traiter. À la fin, il y a une restitution orale (en groupe aussi) de 5 minutes.

Notre sujet était le suivant : un centre commercial va ouvrir dans une station thermale de 10 000 habitants, et il reste un local à attribuer. Nous représentons chacun un domaine d'activités : j'étais parfums et cosmétiques. Il faut décider ensemble de la meilleure attribution du local, sachant que l'entreprise Luxor à la tête du projet veut proposer des produits de renom.

Nous avons donc tous réfléchi à l'adéquation de notre domaine d'activités avec ce centre commercial, puis nous avons commencé à en discuter. On était tous très respectueux de la parole de l'autre, on a organisé des tours de table afin que chacun puisse s'exprimer.

Pendant ce temps, le jury observe et prend des notes ; il ne peut pas interagir avec nous. À la fin, nous avons rempli une feuille d'auto-évaluation pour situer notre performance dans cette épreuve et dire ce que l'on changerait si c'était à refaire. Il est environ 9h30, on nous annonce les résultats pour midi.

S'ensuit une période d'attente. Certains candidats discutent entre eux, d'autres écoutent de la musique. Pour ma part, j'avais un travail à finir pour le soir-même, j'en ai profité pour le terminer puis j'ai rejoint une discussion avec les autres. À midi, les résultats sont affichés. Dans mon groupe, seulement deux candidats sont retenus, et j'en fais partie. Youpi ! Je suis convoqué à 13h.

Entretien individuel

Le jury est cette fois-ci constitué d'une seule personne. Je me suis fait "voler" ma place par une autre candidate ; je me dis que j'ai vraiment la poisse, mais rien de grave, nos noms étaient juste intervertis sur le planning. J'attendrai donc jusque 14h ; je profite de l'attente pour aller m'acheter un repas dans une boulangerie à 5 minutes de marche, et je reviens le manger avec les autres candidats retenus.

À 14h10, la femme qui compose mon jury vient me chercher. Elle m'explique que le but de cet entretien, qui dure de 30 à 45 minutes, est pour elle de me connaître, et pour moi de me faire connaître. Je n'ai pas eu de question "piège" : elle s'est appuyée sur mon CV et ma lettre de motivation, et elle a approfondi chaque expérience. On a par exemple parlé cinq bonne minutes de mon stage ouvrier dans une usine automobile, des difficultés du métier, ce qu'il m'a apporté… Un conseil (de base, mais il ne faut pas l'oublier) : soyez au point sur ce que vous avez mentionné dans votre CV, et si vous n'êtes pas capable d'élaborer dessus, alors ne l'écrivez pas.

J'ai également eu des questions plus attendues : qu'est-ce que le métier de PCB pour moi, 3 qualités que je pourrais mettre à contribution, … Pareil, je suppose que c'est mieux de les avoir préparées.

J'ai peur de m'être fait avoir sur le sourire, que j'ai qualifié d'important dans notre relation au client. Elle m'a demandé si je souriais tout le temps ("oui, enfin quand j'ai quelqu'un en face de moi c'est naturel"), et a insisté en demandant "même quand vous êtes très concentré ?". Je me suis repris, en expliquant aussi que même sans sourire, on pouvait montrer qu'on était content d'être là, et que ça se voyait sur le visage. Puis je me suis questionné : ai-je tiré la tronche pendant tout l'entretien ? Je n'espère pas…

En tout cas, on verra bien les résultats. Je ne pense pas avoir moins de chances qu'un autre, mais je sais que ça reste très sélectif et je suis déjà content d'être arrivé jusque là !